Criticism/Theory, Feminism, Politics Softcover 304 pages 26 x 18 cm Texts in French   New       EUR 30 ORDER

Giovanna Zapperi, Carla Lonzi : un art de la vie – Critique d’art et féminisme en Italie (1968-1981) , Les presses du réel, 2019

A critical examination of the relationship between aesthetics and politics through the iconic figure of Carla Lonzi (1931-1982), an innovative art critic and one of the founders of neo-feminism in Italy.

 

Criticism/Theory, Cultural Studies, Astrology, Marxism Softcover 167 pages 21 x 14 cm Texts in French   New       EUR 16 ORDER

Theodor W. Adorno, Des Étoiles à terre. La rubrique astrologique du "Los Angeles Times"; Étude sur une superstition secondaire, Exils Essais, 2000

Pourquoi tant de gens croient à l'astrologie et lisent régulièrement, tout en s'en défendant, les horoscopes des journaux? Lors de son séjour d'exil aux Etats-Unis, en 1952-53, le philosophe allemand Theodor W. Adorno entreprend d'étudier la rubrique astrologique du " Los Angeles Times ". Faisant appel aux concepts de la sociologie et de la psychanalyse, il en tire une analyse brillante des " superstitions secondaires ", cet irrationnel rationalisé qui s'épanouit dans les sociétés modernes. " Les gens auxquels nous nous intéressons tiennent l'astrologie comme quelque chose d'acquis, exactement comme la psychiatrie, les concerts symphoniques ou les partis politiques ; ils l'acceptent parce qu'elle existe, sans beaucoup y réfléchir, à la seule condition que leurs propres demandes psychologiques correspondent d'une manière ou l'autre à l'offre. Ils ne s'intéressent guère à la justification du système. " Que propose précisément ce système ? Une soumission subtile à l'idéologie dominante, une dépendance aux mass media, une acceptation de la division sociale entre forts et faibles - où l'on voit qu'à travers la question de l'astrologie populaire, Adorno offre un essai politique sur une société qui fait de chaque individu un pion.

Cookbook, Criticism/Theory, Récit de lutte Numéroté 694 207 pages Texts in French   New       EUR 10 ORDER

Collectif, CANTINES. Précis d'organisation de cuisine collective, Auto-édition, 2018

De la cantine ambulante, aux repas de soutien, repas de quartier ou de gros rassemblements, le livre est un précis d’organisation permettant de se lancer dans la cuisine collective.

On y trouve des infos pratiques, quelques recettes ainsi qu’une série d’entretiens avec différentes organisations : boulangers ambulants, cantines “militantes”, restos, assos, maraîchers/cantines,….

Une réédition de l'ouvrage collectif et anonyme qui regroupe des écrits rédigés entre 2012 et 2018.

Criticism/Theory First Edition Softcover 295 pages Texts in English   New       EUR 21 ORDER

Chris Kraus, Social Practices, Semiotext(e), 2018

A border isn't a metaphor. Knowing each other for over a decade makes us witnesses to each other's lives. My escape is his prison. We meet in a bar and smoke Marlboros.—from Social Practices

Mixing biography, autobiography, fiction, criticism, and conversations among friends, with Social Practices Chris Kraus continues the anthropological exploration of artistic lives and the art world begun in 2004 with Video Green: Los Angeles Art and the Triumph of Nothingness. Social Practices includes writings from and around the legendary “Chance Event—Three Days in the Desert with Jean Baudrillard” (1996), and “Radical Localism,” an exhibition of art and media from Puerto Nuevo's Mexicali Rose that Kraus co-organized with Marco Vera and Richard Birkett in 2012. Attuned to the odd and the anomalous, Kraus profiles Elias Fontes, an Imperial Valley hay merchant who has become an important collector of contemporary Mexican art, and chronicles the demise of a rural convenience store in northern Minnesota. She considers the work of such major contemporary artists as Jason Rhoades, Channa Horowitz, Simon Denny, Yayoi Kusama, Henry Taylor, Julie Becker, Ryan McGinley, and Leigh Ledare. Although Kraus casts a skeptical eye at the genre that's come to be known as “social practice,” her book is less a critique than a proposition as to how art might be read through desire and circumstance, delirium, gossip, coincidence, and revenge. All art, she implies, is a social practice.

Criticism/Theory, Periodical Softcover Texts in French / English   New       EUR 19 ORDER

Coll., May #19, May Revue


"Trisha Erin", CECILIA PAVÓN
"Freestyle rap", CECILIA PAVÓN
"Une journée parfaite", CECILIA PAVÓN
"La crise de la moralité : sur l’acquisition légitime du sexe à outrance", ELISE DURYEE-BROWNER
"L’arrivée de l’automatisation", GEORGIE NETTELL
"Hors de la boîte, sur le film The Square (réalisé par Ruben Östlund)", JASON SIMON
"Sur Sismographie des luttes. Vers une histoire globale des revues critiques et culturelles à l’INHA, Paris", MORAD MONTAZAMI
"Les portes de la déviation, sur Sam Pulitzer à la galerie Francesca Pia, Zürich", DANIEL HORN
"Paradiso, sur Richard Maxwell à la galerie Greene Naftali, New York", NICK IRVIN
"Grippe de Munch, Edvard Munch au MET Breuer, New York", CLÉMENT RODZIELSKI
"Why Do Jaguar, sur Georgia Sagri au Kunstverein Braunschweig, Braunschweig", ANKE DYES
"Sur Gianni Versace Retrospective au Kronprinzenpalais, Berlin", KARL HOLMQVIST

Criticism/Theory Softcover 142 pages Texts in French   New       EUR 20 ORDER

Françoise Vergès, Leïla Cukierman, Gerty Dambury, Décolonisons les arts !, L'Arche, 2018

A l'initiative de l'association "Décoloniser les arts", Leïla Cukierman, Gerty Dambury et Françoise Vergès analysent, avec quinze artistes, la colonialité à l'oeuvre dans le monde des arts et de la culture en France et élaborent des voies pour une décolonisation des formations, des institutions et des contenus.

Décolonisons les arts !, vaste et passionnant objectif, est une invitation à ouvrir le regard et à prêter l'oreille à la transversalité des récits, un appel à se rassembler pour transformer le champ culturel et artistique où la décolonisation vise à l'émancipation créatrice et à une nécessaire et urgente transformation du monde.

Nature vs Culture, Criticism/Theory Softcover 228 pages Texts in French   New       EUR 21 ORDER

Roy Wagner, L'invention de la culture, Zones Sensibles, 2014

Initialement publié en 1975 aux États-Unis, puis réédité en 1981, L’Invention de la culture marqua un tournant décisif dans l’histoire des études anthropologiques portant sur les relations complexes entre « nature » et « culture ». Dans cet ouvrage précurseur, devenu depuis une référence incontournable, Roy Wagner s’écarte du leurre que constitue à ses yeux le « relativisme culturel » pour mieux déconstruire les fondements d’une certaine tradition pour laquelle le concept de « culture » – l’objet d’étude des ethnologues de terrain – n’avait pas à être remis en question – la culture est partout, puisque la nature est partout. À rebours des théories classiques, Roy Wagner postule que la « culture » n’est qu’une pure « invention » symbolique induite par les relations humaines, qu’il s’agisse de la magie horticole des Daribis, de la publicité dans l’Amérique contemporaine, des cérémonies du Naven, de la culture de masse ou des discours scientifique, politique et écologique. En renversant finement bien des préjugés profondément ancrés dans l’histoire de l’Occident, cet ouvrage offre aujourd’hui encore des perspectives originales pour envisager notre rapport aux « autres » et à l’environnement, car « nous vivons une époque intéressante ».

Roy Wagner est anthropologue. Il dirige le département d’anthropologie de l’université de Virginie.

Criticism/Theory Softcover Texts in French   New       EUR 19 ORDER

Juliette Volcler, Le son comme arme. Les usages policiers et militaires du son, La Découverte, 2011

« Lalafalloujah », tel est le surnom donné par les GI’s à la ville irakienne de Falloujah en 2004, alors qu’ils bombardaient ses rues de hard rock à plein volume. « C’était comme envoyer un fumigène », dira un porte-parole de l’armée états-unienne. Les années 2000 ont en effet vu se développer un usage répressif du son, symptomatique de la porosité entre l’industrie militaire et celle du divertissement, sur les champs de bataille et bien au-delà. Rap, metal et même chansons pour enfants deviennent des instruments de torture contre des terroristes présumés. Des alarmes directionnelles servent de technologies « non létales » de contrôle des foules dans la bande de Gaza comme lors des contre-sommets du G20, à Toronto et à Pittsburgh. Des répulsifs sonores éloignent des centres-villes et des zones marchandes les indésirables, adolescents ou clochards.

L’enrôlement du son dans la guerre et le maintien de l’ordre s’appuie sur plus d’un demi-siècle de recherches militaires et scientifiques. La généalogie des armes acoustiques, proposée ici pour la première fois en français, est tout autant celle des échecs, des fantasmes et des projets avortés, que celle des dispositifs bien réels qui en ont émergé. Aujourd’hui, l’espace sonore est sommé de se plier à la raison sécuritaire et commerciale. Souvent relégué au second plan au cours du XXe siècle, celui de l’image, il est devenu l’un des terrains d’expérimentation privilégiés de nouvelles formes de domination et d’exclusion. Et appelle donc de nouvelles résistances.

Feminism, Criticism/Theory Softcover 304 pages Texts in English   New       EUR 30 out of stock

Starhawk, The Empowerment Manual: A Guide for Collaborative Groups, New Society Publishers, 2011

Drawing on four decades of experience, Starhawk shows how collaborative groups can generate the cooperation, efficacy and commitment critical to success. Her extensive exploration of group process is woven together with the story of RootBound—a fictional ecovillage mired in conflict— and rounded out with a series of real-life case studies.

Criticism/Theory First Edition Softcover 364 pages 20 x 14 cm Texts in English   New       EUR 25 ORDER

Isabelle Graw, The Love of Painting. Genealogy of a Success Medium, Sternberg Press, 2018

Painting seems to have lost its dominant position in the field of the arts. However, looking more closely at exhibited photographs, assemblages, installations, or performances, it is evident how the rhetorics of painting still remain omnipresent. Following the tradition of classical theories of painting based on exchanges with artists, Isabelle Graw’s The Love of Painting considers the art form not as something fixed, but as a visual and discursive material formation with the potential to fascinate owing to its ability to produce the fantasy of liveliness. Thus, painting is not restricted to the limits of its own frame, but possesses a specific potential that is located in its material and physical signs. Its value is grounded in its capacity to both reveal and mystify its conditions of production. Alongside in-depth analyses of the work of artists like Édouard Manet, Jutta Koether, Martin Kippenberger, Jana Euler, and Marcel Broodthaers, the book includes conversations with artists in which Graw’s insights are further discussed and put to the test.

Criticism/Theory First Edition Softcover 80 pages Texts in French   New       EUR 11 ORDER

René Daumal, Les limites du langage philosophique, suivi de La guerre sainte, Éditions la Tempête, 2018

« La philosophie est aussi nécessaire à la connaissance que la carte géographique au voyage : la grande erreur, je le répète, est de croire qu’on voyage en regardant une carte » (René Daumal)

Quelle est la vocation réelle de la pensée philosophique ? Son étymologie, « l’amour de la sagesse », nous rappelle qu’elle n’a pas sa fin en elle-même. Comment a-t-elle pu s’égarer au point de devenir pour la modernité un discours séparé de la vie ? A travers l’étude des premiers textes indo-européens, sanskrits et grecs, René Daumal cherche à retrouver l’usage et le sens d’une pensée qui accompagne et nourrisse véritablement l’existence humaine : « c’est d’ici que part notre pensée, c’est ici qu’elle doit revenir ; mais après quels détours ! » Pas d’enseignement doctrinaire, ni de vérité révélée. Le sens des textes n’est pas à chercher en eux-mêmes mais dans le quotidien et le concret qu’il éclaire pour les rejoindre et s’y résoudre. Il faut réveiller la philosophie de sa torpeur institutionnelle !

Criticism/Theory First Edition Paperback 360 pages Texts in English   New       EUR 18 ORDER

Coll., What's Love (or Care, Intimacy, Warmth, Affection) Got to Do with It? , Sternberg Press, e-flux journal, 2017

It is often said that we no longer have an addressee for our political demands. But that’s not true. We have each other. What we can no longer get from the state, the party, the union, the boss, we ask for from one another. And we provide. Lacan famously defined love as giving something you don’t have to someone who doesn’t want it. But love is more than a YouTube link or a URL. Love’s joy is not to be found in fulfillment, it is to be found in recognition: even though I can never return what was taken away from you, I may be the only person alive who knows what it is.

In our present times—post-human, post-reality, or maybe pre-internet, post-it, pre-collapse, pre-fabricated by algorithms—what does love have to do with it? Since 2009, need and care and desire and admiration have been cross-examined, called as witness, put on parole, and made the subject of caring inquiry by e-flux journal authors. These writings have now been collected to form this comprehensive volume.

Edited by Julieta Aranda, Brian Kuan Wood, Stephen Squibb, Anton Vidokle.
With contributions by Paul Chan, Keti Chukhrov, Cluster, Antke Engel, Hu Fang, Brian Kuan Wood, Lee Mackinnon, Chus Martínez, Tavi Meraud, Fred Moten and Stefano Harney, Elizabeth A. Povinelli and Kim Turcot DiFruscia, Paul B. Preciado, Martha Rosler, Virginia Solomon, Jalal Toufic, Jan Verwoert, Slavoj Žižek

Répression, Criticism/Theory First Edition Softcover 360 pages Texts in English   New       EUR 15 ORDER

Jackie Wang, Carceral Capitalism, Semiotext(e), 2018

What we see happening in Ferguson and other cities around the country is not the creation of livable spaces, but the creation of living hells. When people are trapped in a cycle of debt it also can affect their subjectivity and how they temporally inhabit the world by making it difficult for them to imagine and plan for the future. What psychic toll does this have on residents? How does it feel to be routinely dehumanized and exploited by the police?—from Carceral Capitalism

In this collection of essays in Semiotext(e)'s Intervention series, Jackie Wang examines the contemporary incarceration techniques that have emerged since the 1990s. The essays illustrate various aspects of the carceral continuum, including the biopolitics of juvenile delinquency, predatory policing, the political economy of fees and fines, cybernetic governance, and algorithmic policing. Included in this volume is Wang's influential critique of liberal anti-racist politics, “Against Innocence,” as well as essays on RoboCop, techno-policing, and the aesthetic problem of making invisible forms of power legible.

Wang shows that the new racial capitalism begins with parasitic governance and predatory lending that extends credit only to dispossess later. Predatory lending has a decidedly spatial character and exists in many forms, including subprime mortgage loans, student loans for sham for-profit colleges, car loans, rent-to-own scams, payday loans, and bail bond loans. Parasitic governance, Wang argues, operates through five primary techniques: financial states of exception, automation, extraction and looting, confinement, and gratuitous violence. While these techniques of governance often involve physical confinement and the state-sanctioned execution of black Americans, new carceral modes have blurred the distinction between the inside and outside of prison. As technologies of control are perfected, carcerality tends to bleed into society.

Criticism/Theory Newspaper Texts in French   New       EUR 4 ORDER

Coll., Concertina. Journal du traitement médiatique du bidonville de Calais, 2018

Le jeudi 8 mars 2018, dans le XIXe arrondissement, Karim est mort aux portes du centre « humanitaire » sous contrat d’Emmaüs Solidarité. Ses espoirs de dignité liquidés sur un trottoir parisien. Foulé au pied par la ville comme un encombrant sans visage, son corps gisant sous des couvertures trempées a été laissé plusieurs heures sous la pluie, avant d’être enlevé par la police. De la même manière, ce qui ne manquera pas de frapper le lecteur de ce recueil sur le bidonville de Calais, c’est la façon dont on a discuté et disposé des « migrants » comme de biens meubles. Leur présence sur le territoire calaisien était un problème public, leurs corps des objets passifs et leurs voix inaudibles dans le récit de la « crise des migrants ».

Le travail qui suit est un journal non-exhaustif du traitement politique et médiatique des exilés de la jungle, le temps de sa brève existence. À peine plus d’un an, de l’été 2015 à novembre 2016, soit des premières annonces de la création d’un camp et des incitations de la mairie à s’installer sur la lande, jusqu’à son nettoyage manu militari. Une opération de grande ampleur, menée sous les caméras de plusieurs centaines de journalistes badgés et baladés par l’agent de communication de la préfecture. La violence de l’expulsion provient bien sûr du déploiement policier et des incendies qui ont permis de boucler l’affaire en quelques jours mais aussi et de façon moins évidente, de l’hégémonie d’une fiction médiatique qui a rendu muettes dix mille personnes en errance autour d’un brasier. Ce recueil regroupe quelques perles sordides et des textes d’origines diverses qui abordent parfois le même événement depuis des perspectives différentes, collectés au fil du temps, comme autant d’archives du décalage entre les journaux et la réalité vécue. Les articles ne sont ni corrigés (seules quelques notes ont été ajoutées pour faciliter la compréhension et des liens supprimés pour alléger le passage à la forme papier), ni commentés. Nous espérons que le lecteur saura en tirer quelques enseignements. Les relire aujourd’hui permet de reconstituer l’articulation du discours dominant, ponctué de quelques éléments dissonants pour y déceler les permanences, les tours de manches éculés, et garder en mémoire cette histoire pour éclairer la situation actuelle et son air de déjà-vu.

Criticism/Theory First Edition Softcover 80 pages Texts in French   New       EUR 11 out of stock

Leo Bersani, Le rectum est-il une tombe ?, L'Unebévue, 1998

Cet essai au titre provoquant se tient à la croisée de multiples chemins : d'abord l'horrible tranchée taillée par le sida dans les milieux homosexuels, et les réactions de rejet social qui s'ensuivirent. Puis le questionnement aigu sur la nature de l'identité sexuelle - bastion imprenable de la "normalité" - que toutes les nouvelles revendications des groupes gay et lesbien portaient alors en pleine lumière. Enfin, dans ce même début des années quatre-vingt, lors de ses nombreux séjours dans les Universités américaines, Michel Foucault avançait son Histoire de la sexualité (sans trop faire de mystère de la sienne), offrant ainsi à cette agitation sociale et sexuelle complexe quelques-unes de ses coordonnées historiques et philosophiques.
En faisant se heurter toutes ces dimensions hétérogènes dans un style vif, à l'occasion percutant, Leo Bersani - professeur de littérature française à Berkeley, lié aux mouvements activistes gays américains - a publié dès 1987, dans la revue October, cet essai d'emblée retentissant, aujourd'hui un classique dans les Gay and Lesbian Studies. Tout en critiquant de près les outrances verbales et idéologiques de certains militants gays et lesbiens, il en vient - via Freud et Bataille, entre autres - à interroger la jouissance supposée dans l'acte sodomique : le rectum serait-il la tombe de ce phallus priapique que vénère le style macho ?

Leo Bersani a déjà publié en français Baudelaire et Freud, en 1981, Théorie et Violence, Freud et l'art, en 1984 et en 1998, Homos, repenser l'identité.

Criticism/Theory First Edition Softcover 164 pages 23 x 17 cm Texts in French   New       EUR 15 ORDER

Prole.info, The Housing Monster. Travail et logement dans la société capitaliste, niet!

« Une maison, ce n’est pas seulement quatre murs et un toit. Depuis sa conception et sa production jusqu’à la façon dont elle vendue, habitée, revendue et finalement démolie, cette baraque ne cesse d’être traversée par des conflits. Depuis le travail sur le chantier jusqu’au quotidien du quartier, forces économiques impersonnelles et conflits très personnels se nourrissent mutuellement. Du béton, de la ferraille, du bois et des clous. De la frustration, de la colère, de la rancœur et du désespoir. Les tragédies individuelles reflètent une tragédie sociale infiniment plus large. »

Après la publication de Guerre de classe en 2005 et À bas les restaurants en 2006, le collectif américain Prole.info se confronte à nouveau avec The Housing Monster, au monstre capitaliste.

Aborder une réalité complexe avec un langage clair et direct n’est pas chose facile. Pourtant, tout au long de ce pamphlet sous forme de roman graphique, les auteurs parviennent à coller à cette nécessité. Ils rendent compte de la place du logement dans le capitalisme et de son interaction avec le travail salarié.

Criticism/Theory Softcover 232 pages Texts in French   New       EUR 25 ORDER

Ida B. Wells, Les horreurs du Sud, Éditions Markus Haller, 2015

Après l'abolition de l’esclavage au Sud des États-Unis, le lynchage s'y est répandu comme un instrument redoutable d’intimidation et d’oppression de la population noire – largement toléré et défendu par les autorités locales.  C’est dans ce contexte qu’Ida B. Wells publie ses pamphlets qui dénoncent l’injustice des exécutions extralégales, la cruauté des lyncheurs, la complicité des autorités, et fournit une analyse détaillée de leurs motifs et justifications.

Elle découvre les éléments d’une véritable logique du racisme, qui assimile les Noirs à des bêtes sauvages, considère les hommes noirs comme des prédateurs sexuels pour les femmes blanches, tient leurs paroles pour des mensonges ou des insultes, et leur entraide mutuelle pour une preuve de conspiration criminelle. Répandus par la presse et renforcés par des intérêts privés, ces clichés ont conduit aux lynchages – parfois à de véritables pogroms – et à l'érosion de l’État de droit, censé garantir l’intégrité et la liberté des plus faibles.

Ida B. Wells a révélé en détail la dynamique sociale complexe qui a conduit aux lynchages sous prétexte de viol ; cent ans plus tard, son analyse est toujours instructive.

Criticism/Theory Paperback 128 pages Texts in French   New       EUR 16 ORDER

Coco Fusco, Petit manuel de torture à l'usage des femmes soldats, Les prairies ordinaires, 2008

Un musulman détenu à Abou Ghraïb ou à Guantanamo. Une femme-soldat mettant son zèle militaire et sa féminité au service de la Guerre contre le Terrorisme. Des manuels de l’armée sur la coercition du prisonnier, et des consignes implicites sur les « tactiques sexuelles » qu’on peut employer. Tels sont les éléments de l’interrogatoire en tant que dispositif politique. Après ceux qui firent scandale en 2004, où des violences sexuelles furent exercées par des femmes, l’artiste Coco Fusco a suivi une formation militaire à l’interrogatoire, dépouillé les archives de l’armée et du FBI, et navigué dans le vertige de forums et d’images consacrés à des actes de torture sexuelle. Ce qu’elle en ressort nous confronte non seulement à « l’état d’exception » américain et au rapport des femmes au pouvoir, mais aussi à l’énigme de la domination. Cheminant de Susan Sontag à Virginia Woolf, Coco Fusco réenvisage la question de la guerre en deça et au-delà de la différence sexuelle.

Coco Fusco est artiste. Elle est aussi professeure à Columbia University, et l’auteure de plusieurs livres, parmi lesquels English is Broken Here: Notes in Cultural Fusion in the Americas et The Bodies that were not Ours.

Criticism/Theory, Cinema Softcover 180 pages 24 x 18 cm Texts in English   New       EUR 28 ORDER

Petra Bauer, Sisters! Making Films, Doing Politics, Art And Theory Publishing, 2016

Bridging the gulf between aesthetics and politics, artist and film-maker Petra Bauer reflects on her own experience of making political films and launches a theoretical argument that uncovers the aesthetic mechanisms underlying contemporary strategies for collective and feminist film-making. An exploration in artistic research, the book draws on an extensive historical archive of radical film-making and film theory, with particular focus on the British film collectives of the 1970s and films made by Palestinian and Israeli film-makers. At the investigation’s core stands ‘Sisters!’, Bauer’s collaborative film project with the London-based feminist organisation Southall Black Sisters.

Criticism/Theory Softcover Texts in French   Good condition       EUR 15 out of stock

A.S. Neill, Libres enfants de Summerhill, François Maspero, 1972

« Summerhill, c’est l’aventure d’une école autogérée fondée en 1921 dans la région de Londres. Son fondateur, le psychanalyste A. S. Neill, a mis les découvertes psychanalytiques au service de l’éducation. Il s’est dressé contre l’école traditionnelle soucieuse d’instruire mais non pas d’éduquer. Il s’est dressé contre les parents hantés par le critère du succès (l’argent). Il s’est insurgé contre un système social qui forme, dit-il, des individus “manipulés” et dociles, nécessaires à l’ensemble bureaucratique hautement hiérarchisé de notre ère industrielle. » Maud Mannoni.

Libres enfants de Summerhill, publié aux Éditions François Maspero en 1970, dix ans après sa première publication à New York et dans le bouillonnement de l’après-Mai 68, est devenu en quelques années un best-seller et s’est vendu à plus de 400 000 exemplaires. Depuis sa parution, l’expérience éducative originale décrite dans cet ouvrage a suscité de nombreux débats pédagogiques et a contribué à lancer la question des droits de l’enfant. L’école autogérée de Summerhill, malgré les controverses dont elle a pu et continue de faire l’objet, accueille toujours des pensionnaires.

Your cart contains 0 item. Check out here.
Item added to cart.